Les Légendaires Tome 20 : Le Royaume des larmes

Les Légendaires tome 20

La plupart des personnages dans leur nouveau rôle avait été posés dans le précédent tome, il ne manquait plus que Razzia pour que l’histoire prenne son envole. Avec ce nouveau tome, tous nos héros dispersés vont converger vers la cité d’Ochidia où les liens invisibles qui les unissent vont se tisser peu à peu.

 

Critique et analyse

Après l’arc d’Anathos et la mise à mort de Danaël par Jadina, il était difficile d’imaginer que Patrick Sobral puisse à nouveau autant troubler, voir irriter ses fans. A en lire les commentaires qui parsèment les forums, il a réussi à aller encore plus loin. Il n’est pas rare de voir des postes acerbes de fans qui rejettent carrément ce nouvel arc, estimant qu’à leur yeux la saga des Légendaires s’arrêtent au tome 18. Il faut dire que l’auteur a fait bien plus que de tuer ses héros, dans le tome 19, il nie carrément leur existence. Ce tome 20 devrait donc réconcilier les fans blessés, les révélations sont nombreuses et on entrevoit enfin les fils conducteurs d’une trame qui s’annonce aussi complexe que passionnante. Non, les Légendaires ne sont pas une fiction sortie de la tête d’Artémus, oui, ils ont existé (enfin sur Alysia… ça reste une fiction sorti de la tête de Patrick Sobral).
C’est dense, dynamique et surtout ça va permettre aux plus septiques des fans de renouer avec avec l’univers qu’ils connaissent et chérissent.

Premières planches

Retrouvez les quatre premières pages du tome 20.
Cliquez dessus pour les voir en grand, la résolution est suffisante pour pouvoir les lire.

Humour décrypté (tome 20)

Pour être sûr de ne pas faire d’erreur, nous avons soumis notre analyse à Patrick Sobral  en relevant chaque mot qu’il a créé pour sa BD (même si nous n’avions pas trouvé d’explication). Patrick Sobral a donc corrigé, complété ou confirmé chaque point. Par conséquent, si certains mots ne sont pas cités ci-dessous, c’est simplement qu’ils n’ont pas d’origine particulière.

Page 7, case 6 : Parmi les objets retirés du coffre, on peut voir la lampe du génie tirée du film Aladdin produit par Disney en 1992.

Page 8, case 6 : Le livre que lit Artémus est intitulé « 50 nuance de gras » en référence au roman érotique Cinquante nuances de Grey de l’auteur britannique E. L. James, publié pour la première fois en 2012.

Page 9, case 1 : L’image du tableau représente la rose magique sous cloche tirée de l’affiche du film live La Belle et la bête produit par Disney en 2017.  C’est le même tableau que l’on peut voir à la page précédente en case 5.

Page 11, case 6 : Ce personnage s’appelle Gondolf en référence à Gandalf de la saga Le Seigneur des anneaux). On avait déjà aperçu ce personnage au début du tome 7, c’était un magicien qui avait remis aux Légendaires un remède contre l’effet Jovénia. On ne saura jamais s’il fonctionnait car la déesse Aube l’a détruit.

Page 12, case 6 : Le tableau en arrière plan ne fait pas référence à une BD ou un animé particulier. Il s’agit d’une image prise au hasard sur le web. Comme Patrick n’a pas gardé l’original, je ne peux malheureusement pas la montrer dans son entier (si vous la trouvez contactez-moi).

Page 13, case 1 : On retrouve le voleur El diablo tiré du tome 7 et qu’on a revu dans le tome 19.

Page 13, case 1 : Le tableau en arrière plan ne fait pas référence à une BD ou un animé particulier. Il s’agit d’une image prise au hasard sur le web. Comme Patrick n’a pas gardé l’original, je ne peux malheureusement pas la montrer dans son entier (si vous la trouvez contactez-moi).

Page 14, case 3 : Le tableau en arrière plan ne fait pas référence à une BD ou un animé particulier. Il s’agit d’une image prise au hasard sur le web. Comme Patrick n’a pas gardé l’original, je ne peux malheureusement pas la montrer dans son entier (si vous la trouvez contactez-moi).

Page 18, case 2 : L’avis de recherche à moitié déchiré est celui de la pirate Nami tirée du manga One Piece de Eiichirō Oda

Page 18, case 2 : Le blond avec une cape rouge complètement ivre mort est Edward Elric tiré du manga Fullmetal Alchemist (2001 – 2010) de l’auteur  Hiromu Arakawa.

Page 18, case 6 : Le bar s’appelle Maître Kantor en référence à La Taverne de Maître Kanter une chaîne de restaurants/brasseurs.

Page 18, dernière case : On peut voir placardé sur l’un des murs un avis de recherche du pirate de l’espace Albator. Étant donné que sur l’image il n’est pas encore borgne, on peut en déduire que cette illustration est tirée de la série Cosmo Warrior Zero inspirée de l’œuvre de Reji Matsumoto.

Page 23, case 4 : Le Bâton Mystique qui a le pouvoir de s’agrandir fait référence au Bâton Magique de San Goku qui a exactement le même pouvoir dans Dragon Ball, la différence étant que celui de San Goku est réputé pour être indestructible ce qui n’est visiblement pas le cas du Bâton Mystique qui se fracasse littéralement sur le Bâton-Aigle.

Page 27, case 2 : C’est un avis de recherche façon One Piece appliqué au personnage de Natsu tiré de la série Fairy Tail.

Page 27, case 4 : Sur l’avis de recherche, on peut voir Cobra, un autre pirate connu tiré de Space Adventure Cobra un manga de Buichi Terasawa.

Page 34, case 4 : Le personnage de Bento tire son nom des boites-repas japonaises qui servent à emporter le repas de midi de la plupart des étudiants japonais (et aussi parfois les adultes salariés). Il s’agit aussi, selon Patrick, d’une parodie du personnage de Banta tiré de l’animé Goldorak.

Résumé

Solaris et Gryf ont réussi à retrouver Shimy et veulent la ramener avec eux pour comprendre pourquoi une simple humaine possède un Pouvoir élémentaire que seuls les elfes élémentaires sont théoriquement en mesure de contrôler. Le manque de diplomatie de Solaris va faire dégénérer la discussion en combat et pousser Artémus, Amy, Danaël et Shimy à battre en retraite pour se réfugier à la Cité d’Orchidia.

Amy est originaire de cette cité, elle est la cousine de la princesse Shun-day qui va bientôt devenir la reine du pays dès qu’elle aura réussi l’épreuve du Bâton-Aigle. On pourrait croire qu’Amy se réjouit de retrouver sa terre natale, mais c’est tout le contraire. Elle a fui son pays d’origine pour se libérer du carcan des obligations liées à son rang. Elle redoute plus que tout de croiser son père qui n’est autre que Razzia. Elle a tout fait pour ne pas penser à son vrai père depuis qu’Artémus l’a prise sous son aile et a donné un sens à sa vie au point de devenir une sorte de père de substitution.

Le passé d’Amy

Malgré le mépris qu’elle a pour son père biologique « qui ne la comprend pas », il semblerait que Razzia la cerne mieux qu’elle ne l’imagine. En apprenant qu’Amy était de retour en ville, Razzia l’a retrouvée facilement en arpentant les lieux qu’aimait Amy. Il révèle a sa fille que ce n’est pas par amour ou compassion qu’Artémus l’a prise comme apprentie, mais parce qu’il l’avait payé pour retrouver sa fille. Amy est bouleversée et s’enfuie noyer son chagrin dans un bar.

Alors qu’elle est encore en train de cuver son excès d’alcool, elle croise la route de la pirate Jadina et, en la suivant jusqu’à sa planque, elle découvre qu’elle a enlevé la prêtresse Ténébris. Malgré son état d’ébriété, elle décide d’intervenir pour l’arrêter et libérer la prêtresse.

Cérémonie du Bâton-Aigle

Pendant ce temps la princesse Shun-Day passe l’épreuve du Bâton- Aigle ce qui fera d’elle la reine officielle d’Orchidia. Au début tout se passe bien, elle semble maîtriser le pouvoir de son Bâton-Aigle, mais il s’emballe l’entrainant elle et son tuteur Vangelis dans les airs.
Elle finit par lâcher le Bâton-Aigle et tous deux font une chute très violente. Après cet incident, il est clair pour Vangelis que Shun-Day a échouée. Elle ne deviendra donc pas Reine. Pour Vangelis, cela semble être un drame bien plus grave que pour Shun-Day car cet échec signifie l’échec d’un plan qu’il a mis en place il y a des années et qui a commencé le jour où il a assassiné les parents de Shun-Day. Il a ensuite fait croire à Shun-Day que c’était  sa tante Invidia qui avait tué ses parents et a tout fait pour qu’elle tombe amoureuse de lui. Une fois Reine, il l’aurait épousée et l’aurait ensuite éliminée.

Devant une telle trahison le cœur de Shun-Day est déchiré. Celui qu’elle croyait être son protecteur et ami s’apprête à la tuer de sang froid. Le désespoir et tel que la vraie nature de Shun-Day se manifeste. Son bras droit se transforme en celui d’un rapace, l’espace d’un instant, elle redevient la fille du sorcier Skroa et tue sans peine son adversaire.

Propriétaire légitime

Loin de ce drame familial, le Bâton-Aigle a continué sa route pour rejoindre Jadina sa véritable propriétaire. Il arrive pile au bon moment pour la protéger d’un terrible coup qu’allait lui assener Amy.

Doté de ses nouveaux pouvoirs, Amy est terrassée, heureusement pour elle, Artémus, Razzia, Danaël et Shimy se portent à son secours. Malgré le fait qu’ils sont en supériorité numérique, ils sont tous vaincus. Alors que Danaël est inconscient, il continue de se relever malgré les coups de Jadina. Finalement, il réussi à lui arracher le Bâton-Aigle et au lieu de la frapper, il l’embrasse sur la bouche. Déconcertée par ce soudain baiser, Jadina n’a pas vu la prêtresse Ténébris arriver dans son dos pour l’assommer d’un coup de pierre sur la tête.

Alors que la situation semblait s’arranger, elle empire, Gryf et Solaris profitent du fait que Shimy est inconsciente pour l’enlever sous les yeux de Danaël. Ils l’emmènent avec eux vers le monde des elfes à travers un portail dimensionnel. Danaël a tenté de les suivre, mais le portail s’est refermé avant qu’il ne puisse l’emprunter à son tour.

Mission de sauvetage

La Reine Invidia décide de les aider en leur remettant un médaillon qui peut ouvrir un portail vers le monde des Elfes mais comme elle ne veut pas d’incident diplomatique, elle veut que Razzia les accompagne. En tant que juge féru des arcanes de la législation, il saura ce qu’il convient de faire pour régler cette histoire sans faire parler les armes.

Puisqu’il s’agit d’une mission « pacifique », la prêtresse Ténébris y voit l’occasion de voir du pays soi-disant dans le cadre de ses fonctions pour « promouvoir un message de paix ».

La dure vérité

La princesse Shun-Day n’assiste pas à tous ces préparatifs, depuis qu’elle s’est transformée et a tué Vangelis, ses certitudes sont ébranlées. Pour se changer les idées, elle a commencé à lire le journal intime d’Artémus qui était dans le coffre qu’elle a fait voler à Artémus. Contrairement à ce qu’on pensait dans le tome 19, les voleurs du coffre ne convoitaient pas les restes de l’épée d’Anathos qui s’y trouvait, mais le journal intime d’Artémus. En effet Shun-Day est une fan inconditionnelle de cet auteur, elle voulait avoir la vraie version de l’histoire, celle qu’il a vécu et non celle qu’il a inventé dans ses romans en imaginant le groupe de héros fictifs des Légendaires.

En lisant ce journal, Shun-Day ne s’attendait à découvrir qu’en réalité Artémus est un imposteur et que les Légendaires ont réellement existé. Commençant à entrevoir ce qu’il s’est réellement passé, elle prend la décision de remettre un peu d’ordre dans tout ça en commençant par rapporter le Bâton-Aigle à sa vraie propriétaire Jadina qui croupie en prison.

 

Galerie

2 réponses à Les Légendaires Tome 20 : Le Royaume des larmes

  1. Xehanort dit :

    Et bien elle as encore pris cher la pauvre Shun-Day , Patrick Sobral vas m’ entendre le jour ou je le rencontrerai en personne , mais ca sera après avoir eu son autographe dans mon exemplaire de ce tome 20 que j’ ai trouvée Génial , que de Rebondissement et de Drama ( Shun-Day un Jour je Te Vengerais ) et la fin oh putain la FIN , d’ un coté elle est très bien de l’ autre , je veux savoir la Suite Tout de Suite , Je peux pas attendre un An .

    Sinon votre critique est très bien mais je crois que vous avez oublié de parler de la partie ou Invidia réconforte Shun-Day , elle est pourtant très importante .-. .

    • Charles-Edouard MANDEFIELD dit :

      Merci pour votre retour. Et non , je n’ai pas oublié la partie ou Invidia réconforte Shun-Day ^^ C’est juste qu’il s’agit d’un résumé, ce qui implique justement de résumer et donc de faire des choix sinon c’est beaucoup trop long.
      C’est aussi pour cette raison que je n’ai pas parlé de la mort d’Asgaroth, de la relation amoureuse Solaris/Regen ou encore de Samaël qui avait volé le coffre et gardé l’épée d’Anathos (car pour l’instant ces restes épée n’impactent pas encore l’histoire).
      Content de voir que vous partagez mon avis sur Shun-Day, la pauvre, elle prend cher à chaque fois, mais j’espère que cette fois le dénouement sera plus heureux pour elle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>