Produits : Voir la liste
Fiche Technique
Staff
Personnage
Entreprise
Galerie

Albator (l’univers d’Harlock)

Albator 1978

Albator est un pirate de l’espace né sous la plume de Leiji Matsumoto en 1969 dans la série Dai-Kaizoku Captain Harlock. Son nom original est Harlock ou Herlock, mais il a été rebaptisé Albator lors de son arrivé en France car le nom Harlock était trop proche du capitaine Hadock de Tintin.

Fiche Technique
Staff
Personnage
Entreprise
Galerie

Le personnage du Capitaine Albator est décliné dans plus de 10 séries de mangas par l’auteur et 12 animations (Séries TV ou films). La cohérence chronologique entre ces séries est bancale. Il est donc difficile de créer une biographie exacte d’Albator. Disons simplement qu’il existe plusieurs versions de ce personnage dans des univers allant du Far West avec Gun Frontier jusqu’à la Science fiction.

La particularité qui a fait le succès du personnage et de ses aventures et son caractère ténébreux et mystérieux. Albator est souvent un apatride courageux qui dévoile rarement ses craintes et ses pensées. L’univers SF décalé dans lequel il évolue est aussi pour beaucoup dans le charme de cette série. Les vaisseaux spatiaux ont un design proche des cuirassés de la seconde guerre mondiale et les combats au pistolet laser côtoient des duels à l’épée. Cet environnement surtout accès sur la sémantique plutôt que sur la vraisemblance technique a fait que l’univers de Leiji Matsumoto a plutôt bien vieilli et a connu une nouvelle jeunesse à partir des années 2000.

Les combats oscillent entre duels au Sabre et au pistolet laserAlbator est un personnage mystérieux qui ne dévoile que rarement ses pensées (sauf autour d'un verre de vin)

Mais la première vague de succès date des années 80. Albator s’est fait connaître sur le sol français via deux séries animées. La première Albator le Corsaire de l’Espace (avec les sylvidres) fut diffusée en 1980 et la seconde Albator 84 (avec les Humanoïdes) fut diffusée comme son nom l’indique en 1984.
Rien qu’avec ces deux séries, il est facile de voir que l’univers de Leiji Matsumoto ne brille pas par sa cohérence. Bien qu’arrivant 4 ans après la première série Albator 84 semble se situer chronologiquement avant Albator 78 car Alfred (Tochirô dans la VO) le créateur du vaisseau spatial Atlantis (Arcadia dans le VO) est encore vivant dans la seconde série.

Mais il s’agit là d’un point de détail comparé au reste car pratiquement aucun personnage secondaire n’a de point commun entre les deux séries. Même le design des vaisseaux est anachronique. En effet si on se réfère à la série Cosmowarrior Zero ou au manga L’Anneau des Nibelhungen, théoriquement le premier vaisseau qu’a eu Albator est le Death Shadow (qui  ressemble à celui d’Albator 78 mais en vert) et le second vaisseau est l’Arcadia (dans Albator 84). Hors Albator 84 se passe avant Albator 1978 c’est donc temporellement incohérent (vous suivez toujours ?).

comparaison entre les Atlantis des deux saisons
Bref, malgré la tentative de l’auteur de donner une certaine cohérence à son univers dans L’anneau des Nibelungen, c’est assez difficile (voir impossible) de s’y retrouver (voir biographie). Mais le charme de cet univers fonctionne toujours malgré cela.

Manga

Capitaine Albator (manga)

Capitaine Albator (manga)

5 chroniques dans cette collection.

Capitaine Albator est un manga de Leiji Matsumoto, paru au Japon en 1977 sous le titre Uchû kaizoku Kyaputan Hârokku (宇宙海賊キャプテンハーロック). Cette histoire a servi de base à l’adaptation de la série TV Albator 78 (même s'il y a de nombreuses divergences entre le manga et l’animé). Notons que ce manga n’est pas celui où Albator fait sa première apparition.
La version française fut publiée pour la première fois de 2002 à 2003 par Kana qui pouvait profiter à plein de la nostalgie des trentenaires et de l’émulation créée par les multiples sorties vidéo des autres séries où apparaît Albator (Harlock).

Lire la suite
L’Anneau des Nibelungen [Albator - Harlock] Tome 1

L'Anneau des Nibelungen [Albator - Harlock]

8 chroniques dans cette collection.

Ce manga de Leiji Matsumoto est une réadaptation du célèbre opéra l'Anneau des Nibelungen créé par Richard Wagner. L’histoire se décompose en deux parties, l’une dans le présent sur deux tomes où Alberich vole l’Or du Rhin, l’autre dans le passé sur 6 tomes où Wotan essaie d’éliminer Great Harlock le père d’Albator (Harlock).

Lire la suite

Film d'animation

Albator 84 : L'Atlantis de ma jeunesse (film)

Albator 84 : L'Atlantis de ma jeunesse (film)

La planète Terre a été envahie par des extraterrestres appelés humanoïdes (illumidas dans la VO). Le gouvernement terrien s’étant officiellement rendu, tous les vaisseaux militaires ayant servi à l’évacuation des civils doivent revenir. Albator le commandant du Death Shadow doit lui aussi remettre son vaisseau aux humanoïdes s'il ne veut pas que les civils qui sont à son bord soient abattus en même temps que son vaisseau.
Heureusement, sur terre, il fera la connaissance d’Alfred (Toshirô), un ingénieur qui a construit en secret un vaisseau de guerre puissamment armé l’Atlantis (Arcadia) . Albator va donc pouvoir reprendre la lutte contre l’envahisseur avec l'aide de la femme pirate Emeraldia (Emeraldas).

Lire la suite
Albator, Corsaire de l'Espace

Albator, Corsaire de l'Espace (Film 3D)

En 2977, après avoir colonisé l’espace et épuisé ses ressources, les générations de colons nées dans le cosmos décident de revenir sur Terre (qu’ils n’ont pour certains jamais connue). Le problème c’est que la Terre ne peut accueillir 500 milliards de réfugiés. Il en résulte alors une guerre qui a le mérite de réduire le nombre de demandeurs d’asile.
Finalement après s’être joyeusement étripés, les humains décrètent que la terre deviendra un sanctuaire où personne n’aura le droit de vivre. Donc en résumé, non seulement les colons ne rentrent pas, mais en plus on expulse ceux qui étaient sur place… (Curieusement, je vois assez mal les terriens se faire gentiment déporter dans l’espace sans rien dire).
Bref, une coalition nommée Gaïa se met en place pour empêcher quiconque d’approcher de la Terre. Bien entendu, Albator, qui n’aime pas qu’on lui dise ce qu’il a à faire, a décidé de lutter contre les armées de Gaïa et leur blocus.

Lire la suite

Série TV d'animation

Albator 78 (Albator le Corsaire de l'Espace)

Albator 78 (Albator le Corsaire de l'Espace)

21 chroniques dans cette collection.

Cette série est inspirée du manga Capitaine Albator de Leiji Matsumoto. Elle est apparue pour la première fois en France le 7 janvier 1980 sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2. Nommée à l’époque Albator le Corsaire de l'Espace elle fut rebaptisée Albator 78 lors de sa sortie en DVD pour la différencier de la seconde série Albator 84. Les chiffres 78 et 84 font référence à l’année de diffusion.

C’est  TV Asahi qui diffusa pour la première fois cette série au Japon entre le 14 mars 1978 et le 13 février 1979 sous le titre de Uchûkaizoku Captain Harlock (宇宙海賊キャプテンハーロック).

Lire la suite
Albator

Albator 84

1 chroniques dans cette collection.

Albator 84 est une série de 22 épisodes de 24 minutes créée par Leiji Matsumoto et produite par la Toei. Elle fut diffusée au Japon sous le titre Waga seishun no Arcadia - Mugen kidô SSX (わが青春のアルカディア·無限軌道SSX) du 13 octobre 1982 et le 30 mars 1983 sur la chaîne TBS.

Puis elle a débarquée en France le 12 janvier 1984  sur Antenne 2 dans l'émission Récré A2 sous le titre Albator 84. Le numéro « 84 » fait référence à l’année de diffusion en France pour différencier cette série de la précédente : Albator, le Corsaire de l’espace (Albator 78) diffusée en France en 1980.

Lire la suite
Captain Herlock : The Endless Odyssey (Albator)

Captain Herlock : The Endless Odyssey

7 chroniques dans cette collection.

Albator - Capitain Herlock : The Endless Odyssey est une série de 13 épisodes de 25 minutes produite en 2002 et réalisée par Rintaro d’après l’univers de Leiji Matsumoto.
Cette série fut éditée directement en vidéo par Madhouse Production, quant à la France, ce n’est qu’en 2005 que la série arrive via l’éditeur Dybex. Ce dernier s’est donné beaucoup de peine pour faire une version française déclinée en deux versions, l’une où Herlock garde son nom original japonais et une ou le personnage s’appelle Albator afin de satisfaire l’ancienne génération qui l’a découvert dans les années 80 à travers deux séries : Albator 78 et Albator 84.

Lire la suite
Cosmowarrior Zero - La jeunesse d’Albator

Cosmowarrior Zero - La jeunesse d'Albator

15 chroniques dans cette collection.

Cosmowarrior Zero est à l’origine un jeu vidéo Playstation édité par Taito en 1999. En 2001 ce jeu a été adapté en une série de 15 OAV inspirée de l’univers de Leiji Matsumoto et réalisée par Kiyotaka Isako. Au Japon les 15 épisodes sont sortis directement en DVD. Lors de son édition en France,  Kaze avait écrit sous le titre : « La jeunesse d’Albator », mais c'est plutôt trompeur car Albator ne sert que de prétexte au démarrage de l’aventure du capitaine Warius Zero. La série d’origine « Cosmowarrior Zero » ne comportait d’ailleurs que 13 épisodes centrés sur ce personnage. Les deux derniers ont été ajoutés plus tard et se focalisent sur l’affrontement entre Warius et Albator. Ce groupe de deux épisodes est sorti à l’époque sous le nom de Young Harlock o Oe ! Cosmowarrior Zero Gaiden.

Lire la suite
Harlock Saga (Albator)

Harlock Saga (Albator)

6 chroniques dans cette collection.

Harlock Saga est une série de 6 épisodes de 25 minutes réalisée en 1999 par Yoshio Takeuchi et inspirée des deux premiers tomes du manga l’Anneau des Nibelungen de Leiji Matsumoto. L’histoire reprend uniquement la partie qui se passe dans le présent (les tomes suivant racontent la vie de Great Harlock, le père d’Albator).
Cette série d’OAV fut éditée au japon par Bandai Visual puis est arrivée en France en décembre 2001 où elle fut diffusée pour à sur la chaîne Game One. En 2003 elle est éditée en vidéo par Beez Entertainment. Notons que VF a le mérite d'utiliser Richard Darbois (Albator / Harlock) et de Thierry Bourdon (Tadashi Daiba / Ramis) qui avaient déjà doublé ces personnages dans Albator 78.
 

Lire la suite
Queen Emeraldas - OAV (1998)

Queen Emeraldas - OAV (1998)

4 chroniques dans cette collection.

Cette série de 4 épisodes de 30 minutes réalisée en 1998 est inspirée du manga éponyme de Leiji Matsumoto qui avait été édité en 1977 mais jamais achevé. Curieusement, les deux premiers épisodes furent produits par le Studio OLM et les deux suivant par Multi Access Company. Le contrat de licence devant être négocié avec deux entreprises différentes, l’éditeur français Dybex n’a édité en vidéo les deux premiers épisodes en 1999. Les deux dernières parties n’ont jamais été diffusées en français.

Lire la suite

CD

BO d’Albator 78 (CD Audio et Vidéo)

BO d'Albator 78 (CD Audio et Vidéo)

Edité par Animusik en 1999, ce CD contient le générique d’Albator 78 (chanté par Didier Barbelivien) et les principales musiques de la Bande Originale de cette série. Précisons qu’il ne s’agit pas de la bande originale japonaise, mais de celle recomposée par Eric Charden pour la version française. Attention, ce CD ne contient pas le nouveau générique français fait pour les deux derniers épisodes lors de l'édition en vidéo de la série (ils n'avaient pas été doublés à l'époque).
En revanche, l'éditeur nous offre le générique français d’Albator 84 chanté par Franck Olivier.

Lire la suite

Miniatures

Albator sur son trône (High Dream) - Harlock

Albator sur son trône (High Dream)

Même si cette figurine n’est pas articulée elle a de quoi séduire. Le thème est particulièrement bien trouvé car la série offre de nombreux plans montrant Albator pensif sur son trône sirotant un verre de vin, il ne manque plus que Clio et sa harpe pour compléter le tout.
Ce siège est présent en deux endroits de l’Atlantis : sur la passerelle (le poste de pilotage) et dans les quartiers personnels d’Albator.

Dimensions : 15 cm de large, 14 cm de profondeur 25 cm de haut
Poids : 372 g

Lire la suite
Aoshima : Arcadia

Aoshima : Arcadia (diecast)

L’Arcadia (Atlantis) est le célèbre vaisseau d’Albator que l’on voit apparaître dans Albator 84, Harlock Saga ou encore l’Anneau des Nibelungen, mais il est aussi présent dans des séries connexes comme Galaxy Express 999. C’est donc un véritable monument auquel Aoshima s’est attaqué en proposant ce modèle réduit métallique. Cette version est sans aucun doute la plus aboutie qu’il m’ait été donné de voir. N’importe quel fan aurait adoré avoir un jouet d’une telle qualité dans son enfance.

Dimensions : 16 cm de large, 36 cm de long et 14 cm de haut (sur son socle)
Matière : Métal et plastique ABS
Poids : 800 g (990 g avec packaging)

Lire la suite
Aoshima : Death Shadow (diecast)

Aoshima : Death Shadow / Atlantis (diecast)

Le design de ce vaisseau est commun à de nombreuses séries de Leiji Matsumoto, seul le nom et la couleur changent en fonction des histoires.
La version bleue de ce modèle réduit est inspirée de l’Atlantis (voir Arcadia n°5) de la série Albator 78, la version verte fait référence à l’Arcadia du manga Capitaine Albator, mais aussi au Death Shadow de Cosmowarrior Zero et de l’Anneau des Nibelungen. En proposant différentes versions, le fabricant Aoshima a tenté de satisfaire un panel de fans assez large. La finition de cet objet, alliant plastique et métal, offre un rendu très abouti qui fera battre le cœur de n’importe quel fan d’Albator (Harlock).

Dimensions : 17,3 cm de large, 33 cm de long et 15 cm de haut (sur son socle)
Matière : Métal et plastique dur (PVC)
Poids : 816 g (1216 g avec packaging)

Lire la suite
Aoshima : Queen Emeraldas (diecast)

Aoshima : Queen Emeraldas (diecast)

Après l’Arcadia et le Death Shadow, le Queen Emeraldas et le troisième vaisseau réalisé par Aoshima tiré de l’univers de Leiji Matsumoto. Le design épuré de ce vaisseau tranche avec les deux précédents, et il était à craindre que le modèle réduit paraîtrait un peu fade en comparaison des deux autres. Heureusement, le résultat est à la hauteur des attentes, le fabricant s’étant donné les moyens pour ne pas décevoir les fans. Le vaisseau est proposé en deux versions, une bleue claire et une bleue foncée.

Dimensions : 40 cm de long, 9,2 cm de large et 11,5 cm de haut (sur son socle)
Matière : Métal et plastique dur (PVC)
Poids : 1,02 Kg (1,56 Kg avec packaging)

Présentation vidéo >>

Lire la suite
Mabell : Arcadia - Leiji's Space ship collection (jouet)

Mabell : Arcadia - Leiji's Space ship collection (jouet)

L’Arcadia (Atlantis) est le célèbre vaisseau d’Albator que l’on voit apparaître dans de nombreuses œuvres de Leiji Matsumoto. Cette version en résine importée par Mabell est censée être tirée de la série Queen Emeraldas. Cependant ce modèle est le même que la version d’Albator 84, l’Anneau des Nibelungen , Harlock Saga ou encore Endless Odyssey.
Notons que la boîte contient en plus du vaisseau un porte-clé à tête de mort.

Dimensions : 11,2 cm de large, 22,5 cm de long et 9 cm de haut (sur son socle)
Matière : Résine
Poids : 254 g (487 g avec packaging)

Lire la suite
Mabell : Death Shadow - Leiji's Space ship collection (jouet)

Mabell : Death Shadow - Leiji's Space ship collection (jouet)

Ce modèle du Death Shadow (Atlantis) apparaît dans de nombreuses œuvres de Leiji Matsumoto, mais ce vaisseau est spécifiquement tiré de la série Albator 78. Même s'il ressemble à s’y méprendre à celui que l’on voit dans l’Anneau des Nibelungen ou Cosmowarrior Zero, il y a deux différences de taille : la couleur et l'avant du vaisseau qui est plus effilé dans ces deux séries. Ajoutons aussi que dans ces série l'extrémité est arrondi et non plate comme dans Albator 78 (mais ce détail varie en fonction des épisodes ou des tomes voir fiche du Death Shadow 2)

Même la version de haute qualité métallique d’Aoshima fait l’erreur car ils ont simplement peint en bleu le modèle de Cosmowarrior Zero, sans revoir le design de l'avant. Cette miniature en résine de Mabell est donc une des rares versions fidèles à la série TV d’Albator 78. Notons aussi que même si il s’appelle Death Sahdow sur l’emballage, il s’agit en réalité de l’Arcadia n°5 (voir fiche du vaisseau)

Dimensions : 14,5 cm de large, 26 cm de long et 9,4 cm de haut (sur son socle)
Matière : Résine
Poids : 304 g (550 g avec packaging)

Lire la suite
Mabell : Queen Emeraldas - Leiji's Space ship collection (jouet)

Mabell : Queen Emeraldas - Leiji's Space ship collection (jouet)

Le Queen Emeraldas est un vaisseau qui apparaît dans de nombreuses œuvres de Leiji Matsumoto. Cette version en résine importée par Mabell est théoriquement inspirée de la série Queen Emeraldas, cependant ce modèle est le même que la version d’Albator 84.
Dans toutes ces séries, le corps de l’appareil est identique seuls quelques détails changent au niveau de la nacelle en forme de galion. Ainsi, il n’a que deux mats au lieu de trois comme dans Space Symphony Maetel ou encore de l’Anneau des Nibelungen.
La boîte contient aussi un porte clé à tête de mort.

Dimensions : 3,7 cm de large, 20,7 cm de long et 7,6 cm de haut (sur son socle)
Matière : Résine
Poids : 310 g (550 g avec packaging)

Lire la suite

Maquettes

Bandai : Death Shadow 1/1600 (maquette)

Maquette : Death Shadow 1/1600 - Bandai (Albator)

Cette maquette représente le Death Shadow (l’Ombre de la Mort en VF) tel qu’il est apparu dans la série Albator 84.
Il s’agit d’un vaisseau conçu par Toshirô et commandé par Albator à l’époque où il travaillait pour l’armée terrienne. Albator a dû remettre ce vaisseau aux humanoïdes lorsque le gouvernement s’est rendu à l’envahisseur. Par la suite, ce vaisseau apparaîtra deux fois pour affronter Albator. Plus tard, il fera une dernière apparition à la fin de la série alors qu’il est réduit à l’état d’épave. Toshirô ira dans ce vaisseau pour utiliser une machine de transfert de l’âme qui lui permettra d’intégrer son âme à l’ordinateur central de l’Atlantis (voir : fiche du Death Shadow).

Lire la suite

Jouets de qualité

Collection de 6 Gashapon : Herlock, The Endless Odyssey (Albator)

Collection Gashapon : Herlock, The Endless Odyssey (Albator)

6 chroniques dans cette collection.

Cette collection de 6 Gashapon en vinyle est tirée de la serie Herlock, The Endless Odyssey. Produite par Bandai en 2004, ces figurines ont de quoi intéresser les fans d’Albator de la première heure car même si ils n’ont pas vu cette nouvelle série, il faut savoir qu’elle est dans le prolongement d’Albator 78, du coup les personnages de Miime (Clio), Tadashi (Ramis) et Kei (Nausica) ont un design très proche de cette série. En revanche, le design d’Albator est identique à celui d’Albator 84.
La seule figurine exclusive à Herlock, Endless Odyssey est le personnage de Nana (la petite amie de Tadashi) qui fait justement partie des mieux réalisées.

Lire la suite
Publicité d'époque pour le Cosmo Dragoon produit par Marushin

Cosmo Dragoon - Cosmo Gun (Marushin)

Ce Cosmo Dragoon fabriqué par Marushin est une réplique échelle ½ de celui utilisé par Tetsuro Hoshino dans Galaxy Express 999. Cette arme est inspirée du Colt 1848 Dragoon Pistol. Dans la série, il ne s’agit pas d’une arme à feu utilisant des cartouches à poudre, mais d’une arme laser. Même si cette réplique est officiellement tirée de Galaxy Express 999, on retrouve cette arme dans de nombreuses autres séries de Leiji Matsumoto (Albator 84, Queen Emeraldas, Cosmowarrior Zero…).

Lire la suite
Queen Emeraldas Super Mechanics - Taito (jouet) - 2009

Queen Emeraldas Super Mechanics - Taito (jouet)

Le Queen Emeraldas est un vaisseau qui apparaît dans de nombreuses œuvres de Leiji Matsumoto. Cette version en PVC faite par Taito est théoriquement inspirée de celle de Galaxy Express 999, cependant ce modèle ressemble à s’y méprendre à la version d’Albator 84, de la série Queen Emerladas ou encore du modèle de l’Anneau des Nibelungen.
Dans toutes ces séries, le corps de l’appareil est identique seuls quelques détails changent au niveau de la nacelle en forme de galion.

Dimensions : 10 cm de large, 29.5 cm de long et 13,5 cm de haut (sur son socle)
Matière : Plastique dur (PVC)
Poids : 120 g (345 g avec packaging)

Lire la suite

Divers

Cosmo Dragoon (Albator - Harlock)

Cosmo Dragoon - Cosmo Gun (Albator - Harlock)

Le Cosmo Dragoon (ou Cosmo Gun) est considéré comme l’une des armes de poing les plus puissantes de l’univers. Elle est notamment capable de transpercer le blindage des hommes mécaniques (androïdes), mais aussi de certains vaisseaux de petites tailles comme dans la série Queen EmeraldasEmeraldas abat en vol un vaisseau biplaces.

Cette arme est inspirée du Colt 1848 Dragoon Pistol on retrouve ce pistolet laser dans de nombreuses séries de Leiji Matsumoto (Galaxy Express 999, Albator, Harlock Saga, Cosmowarrior Zero…).

Lire la suite

Réalisations de fans

Acradia - Atlantis (Lego Harlock)

L'Atlantis d'Albator en Lego - 70 cm (Arcadia)

Parmi les nombreuses licences développées par Lego à partir de séries à succès, il est regrettable qu’Albator n’ait pas encore trouvé sa place. Ce manque a le mérite de stimuler l’imagination créative de fans qui, arrivés à l’âge adulte, se mettent au défi de trouver le moyen de réaliser un Atlantis le plus abouti possible. Voici un exemple qui vaut le détour.

Dimensions : 70 cm de long x 40 cm de large x 35 cm de haut
Poids : 1,5 kg environ

Lire la suite
Mini Atlantis Lego (Albator)

Mini Arcadia - Lego

Après s’être attelé à faire un Arcadia de 70 cm de long en Lego, Didier a été harcelé par son fils qui voulait jouer avec. Ne voulant pas prendre le risque de le laisser jouer avec le gros modèle, il a fait une mini version plus facile à manipuler pour des mains d'enfant.
Voici sa nouvelle création qui est mignonne comme tout.

Lire la suite
Mini Atlantis (Arcadia) - Lego

Mini Atlantis (Arcadia) - Lego

Cette version de l’Arcadia est inspirée par la série Albator 84 sauf en ce qui concerne le tranchoir d’abordage qui est un ajout tiré de la série Captain Herlock : The Endless Odyssey.

Ce qui est particulièrement séduisant dans cette version Lego de l’Arcadia, c’est son minimalisme poussé à l’extrême qui n’empêche pas pour autant une parfaite reconnaissance de ce vaisseau mythique.

Dimensions : 24 x 11 x 12,5 cm
Nombre de briques : 201 briques
Poids : 250g

Lire la suite

Magazine

Dixième Planète n°42 (couverture)

Dixième Planète n°42

Dixième planète était un magazine spécialisé dans les produits dérivés (disparu en 2008 au numéro 51). Ce numéro vaut le détour car il comportait un dossier de 14 pages sur l'univers d'Albator. Ce dossier est une véritable mine d’informations pour un passionné du pirate de l’espace.

Lire la suite

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>