Les Légendaires Tome 12 : Renaissance

Les Légendaires Tome 12 : Renaissance (couverture)

Le combat contre Anathos dont dépend la survie de l’humanité bat son plein. Les terribles Infernaux commencent juste à réaliser que les Légendaires ont amélioré leurs capacités combatives bien au-delà de ce qu’ils pouvaient imaginer et Anathos ne va pas tarder lui aussi à en faire les frais en réalisant à ses dépends que la partie n’est pas encore gagnée.

Critique

Le précédent tome avait surtout permis de poser la nouvelle donne et avait laissé de nombreuses questions en suspend. Comme on pouvait l’espérer, les réponses apparaissent dans cet album au fil des affrontements. Les personnages nous sont un peu plus dévoilés, mais de nombreux mystères planent encore sur eux et sur ce qu’il s’est passé durant leur deux ans de séparation. Contre toute attente, Razzia, qui dans les premiers albums avait un rôle insignifiant, est en train de devenir l’un des personnages le plus intéressant et le plus charismatique de cette série, tant au niveau de son caractère, que de son passé ou encore de ses aptitudes de combats (qui n’ont pas fini de surprendre).

Amy, le bras démoniaque de Razzia peut changer d'aspect

Le tout est servi par un dessin qui a clairement gagné en dynamisme, les combats et les cadrages sont réglés au millimètre, ce qui fait que la narration ne souffre d’aucune fausse note tant la tension est maintenue à chaque page par de multiples rebondissements très bien trouvés.

L’ambiance est bien plus pesante que dans le précédent album ce qui a pour effet de décupler l’impact des touches d’humour, qui sont basées sur la rupture de ton et qui arrivent toujours au moment le plus inattendu. Il faut reconnaître aussi que le comique de situation est largement amplifié par les mimiques des personnages notamment les expressions d’Anathos qui sont savoureuses à voir.

L'humour basé sur la rupture de ton marche d'autant mieux que les expressions des personnages sont savoureuses.

Mais cet album ne doit pas être pris hors contexte, il faut rappeler qu’il était très attendu des fans, car il est l’aboutissement du Cycle d’Anathos qui est la première histoire des Légendaires racontée sur quatre tomes au lieu de deux. Dans l’esprit de l’auteur, cette histoire devait aussi marquer un changement radical du ton de la série pour s’orienter d’avantage vers un public plus mûr avec des histoires plus sombres.

C’était un pari très risqué pour Patrick Sobral qui aurait pu se contenter de continuer avec les mêmes recettes, car changer le ton d’une série qui marche, c’est aussi prendre le risque de briser la subtile alchimie du succès et voir son public se détourner de son œuvre. C’est pour cette raison que de trop nombreux auteurs franco-belges préfèrent s’enliser dans une certaine monotonie plutôt que de se remettre en cause et d’évoluer.

Contrairement au Tome 11 l'action est omni-présente

Au final, cet album m’évoque ce que j’ai ressenti en lisant Dragon Ball, car ce manga est une des rares BD qui a su évoluer avec l’âge de son public pour devenir un succès mondial. Cependant, contrairement à Akira Toriyama, qui a perdu son humour au fil des pages, Patrick Sobral ne s’est pas renié et a su ajouter des nouveaux éléments en conservant les ingrédients qui donnent cette identité si forte à sa série.

Maintenant que le Cycle d’Anathos est terminé, on peut constater sans ambiguïté que cet album ne marque pas la fin d’un cycle, mais le début d’une renaissance. Les nombreux jalons posés durant cet album en témoignent et offrent de séduisantes perspectives pour la suite.

Résumé

L’histoire démarre sur un fash-back au moment où Razzia réalise qu’il vient de tuer Sheyla, sa propre sœur qu’il croyait morte depuis des années. Elle lui avoue dans un dernier soupir que ce n’est pas l’Armée de 1000 Loups qui a décimé leur ville natale, mais l’armée de Darkhell qui a maquillé leur attaque en laissant des étendards de l’Armée des 1000 Loups.

Razzia est bouleversée par cette révélation, il a servi pendant des années celui qui est responsable de la mort de sa famille. Mais le pire pour lui est de découvrir que Ténébris, la femme qu’il aime, ne lui a jamais dit la vérité.
Il prend le Sabre Lévianthan et jure à Ténébris qu’il n’aura de repos que lorsqu’il aura tué Darkhell.

Ce Sabre Leviathan est devenu pour Razzia le symbole des valeurs défendues par Sheyla. En cassant ce sabre sur Amy (le nouveau bras de Razzia), Dark-Razzia a mis en colère Razzia qui le neutralise rapidement, mais sans le tuer. Amy peut prendre la forme d’arme offensives ou défensives ce qui lui donne un avantage incomparable face à Dark-Razzia. Mais cette puissance à un revers, en échange de ce bras, Razzia a dû promettre au démon Amy qu’il tuerait Skroa et Shun-Day.

En échange de son nouveau bras, Razzia a dû promettre au démon Amy qu’il tuerait Skroa et Shun-Day.

De son côté Gryf qui s’était transformé en Death-Gryf arrive sans peine à assommer Dark-Gryf. Mais sa transformation est limitée dans le temps et il redevient normal. Malheureusement, il est obligé d’attendre 24 heures pour pouvoir se transformer à nouveau, ce qui veut dire qu’il ne peut plus se servir de cet avantage face à Anathos.

Jadina qui se trouve dans la salle du trône blesse mortellement Dark-Jadina, mais c’est Anathos qui l’achève de sa main car il ne veut pas s’encombrer d’éléments inutiles. Alors que le combat fait rage, Shimy vient à la rescousse et montre à Anathos qu’elle est à présent capable de fusionner avec deux nouveaux éléments : le feu et l’air. C’est justement parce que Shimy avait fusionné avec l’air que Dark-Shimy n’a pas pu la tuer lorsqu’elle l’a transpercée (voir tome 11). Shimy a ensuite absorbé l’air des poumons de Dark-Shimy pour qu’elle s’évanouisse.

Peu de temps après Razzia et Gryf arrivent dans la salle du trône pour prêter main forte à leurs amies et libérer Ténébris. C’est à ce moment qu’Ikaël (le frère de Danaël) ordonne de faire exploser les tonneaux de poudre pour faire effondrer toutes les sorties du canyon. Le Castlewar se retrouve bloqué dans une sorte de cuvette naturelle. Les Elfes ouvrent alors des portes magiques entre Alysia et leur monde.  Mais comme ils les ouvrent depuis la mer, l’eau de mer du monde elfique s’engouffre dans la porte et commence à remplir la cuvette où se trouve le Catslewar. Une fois que l’eau a remplie la cuvette, cela permet aux bateaux des elfes d’entrer pour attaquer. Lorsque l’eau atteint la partie inférieure du Castlewar, le canon d’Anathos se retrouve noyé et ne peut plus tirer.

Les Elfes remplissent le cayon d'eau et attaquent ensuite avec leurs navires.

Anathos contre-attaque en envoyant au combat ses Vultures, mais les Pyranis du monde des elfes arrivent à leur tour en chevauchant leurs poissons volants et s’en prennent à eux. Ils sont également aidés par l’armada d’avions d’Halan et pilonnent à l’arme lourde le château d’Anathos.
De leur côté les Légendaires ont fait une attaque coordonnée qui a permis à Jadina de saisir Anathos et de libérer toute l’énergie magique qu’elle avait en elle. Jadina sait qu’elle ne survivra pas à cette attaque, mais elle espère que l’explosion magique qui en résultera sera suffisante pour tuer Anathos.

Grâce à Amy, Razzia développe un bouclier autour des Légendaires et les protège de la déflagration. Comme Jadina le redoutait, elle n’a pas survécu à l’explosion et Shimy pleure toutes les larmes de son corps en voyant Jadina inerte. Malheureusement Anathos est toujours en vie, c’est alors que Jadina revient d’entre les morts sous les yeux médusés des autres Légendaires, apparemment Jadina a acquis une faculté de récupération énorme dû à ses nouveaux pouvoirs, mais on n’en saura pas plus dans cet album.

Jadina ressuscite devant les yeux médusés des autres Légendaires.

Anathos n’est guère impressionné et il n’a pas apprécié du tout d’être blessé. Alors qu’il s’apprête à détruire la planète avec une énorme boule d’énergie, la mystérieuse Kalandre apparaît et vampirise temporairement son pouvoir. La boule d’énergie d’Anathos se dissipe et Anathos reprend l’aspect de Danaël, les Légendaires croient alors que leur ami est redevenu normal mais la déesse explique que malgré les apparences, il s’agit toujours d’Anathos.

Théoriquement seul un dieu peut en tuer un autre, mais comme l’épée de Danaël a été forgé avec son propre sang, cette épée est comme le prolongement du corps d’Anathos / Danaël. Par conséquent, elle est capable de tuer Anathos. Jadina prend l’épée et malgré les ruses d’Anathos pour lui faire croire qu’il est Danaël, elle le frappe en plein cœur tuant Anathos, mais aussi Danaël par la même occasion.

Jadina tue Anathos avec l'épée de Danaël

Le corps sans vie de Danaël sera dignement enterré entre les tombes de Darkhell et Elysio. Une fois la cérémonie terminée, l’étrange déesse qui avait aidé les Légendaires réapparaît et ressuscite Danaël. Lorsque celui-ci sort de sa tombe, en plus de Kalandre, trois mystérieux personnages (Galatée, Asgaroth et Halcyon) accueillent Danaël. Tous les trois portent la même auréole lumineuse que Danaël et prétendent être sa nouvelle famille.

Humour décrypté

Il n’y a aucun jeu de mot dans ce tome (l’auteur nous l’a confirmé).

La seule chose à signaler est l’auréole qui apparaît au dessus de la tête de Danaël a été inspirée par ce qui est arrivé à Sangoku dans Dragon Ball Z lorsqu’il revient du royaume des morts en conservant son auréole au dessus de la tête (symbolisant le fait qu’il soit encore mort).

L'auréole de Danaël après sa résurrection est inspiré de ce qui est arrivé à Sangoku dans Dragon Ball Z

L’auréole de Sangoku a probablement été inspirée des influences catholiques qui dans leurs représentations picturales montrent souvent les morts et les anges avec un cercle ou un disque lumineux au niveau de la tête.
Mais on peut aussi y voir une inspiration bouddhistes car certaines images de Bouddha le montrent avec une auréole symbolisant son aura.
Notons que, dans cette religion, les morts ne sont pas représentés avec une auréole (contrairement au catholicisme).


Galerie

4 réponses à Les Légendaires Tome 12 : Renaissance

  1. marion dit :

    j’aimerais poser cette question qui est peut-etre idiote mais comment ca se fait que anathos est dans le corps de danael alors que le corps de danael est avec une déesse?
    voila ce que j’aimerais comprendre.o.O

    • Jadina du 13 dit :

      En réalité Anathos est toujours dans Danael, mais il n’est pas dans son apprence « maléfque » . Donc en fait la déesse tient le corps de Danael mais Anathos est toujours dedans.

    • Danaël dit :

      Chere marion,

      j’ai cogité longtemps sur ta question, et elle n’est pas idiote, loin de là.
      Voilà je t’explique:
      Kalandre a endormie le pouvoir d’anathos et a attirée l’épée de Danaël(comme dans le tome 10 pour couper les bras de la porteuse), et l’a donné a Jadina. Anathos a essayé de piéger Jadina en lui faisant croire que c’était Danaël. Jadina a donné un coup d’epée dans le coeur de Danaël, le tuant, ainsi que anathos. Ensuite après la cérémonie d’enterrement, Kalandre la ressuscité. Donc Anathos est mort.
      J’en profite pour te dire que(je suis allés sur le site des légendaires) lorsque q’un dieu maléfique je precise prend possésion d’un être humain, il lui efface une partie de sa mémoire
      sauf si l’hôte a choisit d’être posséder. ex: Aube et Crepuscule.
      Et si tu veut avoir un peut d’avance Danaël ne reviendra pas dans le groupe des légendaires, meme si il s’en souviendra, il n’éprouvera plus rien pour eux et deviendra ennemi des légendaires.Assez triste d’ailleurs………
      J’espere que j’aurais répondu a ta question

  2. Arendal dit :

    ?????????????????????
    Comprends pas ta question.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>