Bakara (Dofus)

Bakara (Dofus)

Bakara est une huppermage de Bonta. Elle la fille de l’huppermage Juvence Jurgen et la sœur cadette de Jahash, rien n’est dit sur sa mère, mais étant donné qu’elle est absente du foyer, il est possible qu’elle soit décédée.

Bakara est aussi la tante de Joris, le fils né de l’union de son frère Jahash et de Julith.

 

Enfance

Le père de Bakara était à l’origine un des huppermages de Bonta, mais comme il était méprisé par ses pairs à cause de ses manières un peu rustres, il fut envoyé à un poste de garde au fin fond du pays en pleine campagne. C’est en ces lieux bucoliques que Jahash et sa sœur Bakara ont vu le jour et grandi loin des fastes et de l’hypocrisie des grandes cités telles que Bonta. Leur vie était simple, mais saine et rien ne semblait pouvoir la perturber, jusqu’au jour où un messager est venu de Bonta pour ordonner à Juvence d’envoyer son fils Jahash participer au Kramdam, un concours d’huppermages.

Pour Bakara cette séparation fut un déchirement car elle était proche de son frère qui était très protecteur avec elle (BD Dofus – Julith & Jahash tome 1). Jahash devint un des plus puissants huppermages de Bonta, ce qui lui valu de devenir le protecteur de la ville et le gardien du Dofus Ivoire. Ce statut va renforcer un peu plus l’admiration de Bakara pour son frère.

Vengeance comme moteur

Autour de l’an 389, Julith, une huppermage de Brâkmar, a attaqué Bonta obligeant Jahash à l’affronter. Après s’être battus pendant 68 jours, ils tombèrent amoureux l’un de l’autre au 69ème jour. Rapidement ils se marièrent et eurent un fils nommé Joris (qui est donc le neveu de Bakara).

Alors que tout semblait aller pour le mieux dans ce couple, Julith a cherché à détruire Bonta en utilisant son Dofus Ebène. Jahash a dû intervenir pour arrêter son épouse et il est mort dans l’affrontement. Quant à Julith, elle a disparu aussi. Tout le monde la croyait morte, jusqu’à ce que 10 ans plus tard (en l’an 400), elle réapparaisse à Bonta pour récupérer son Dofus Ebène (Film Dofus Livre 1 – Julith).

La flamme de la haine que Bakara éprouve envers Julith fut réanimée par cette apparition. Elle se réjouissait à l’idée qu’elle allait enfin pouvoir venger son frère. Toutes ces années d’entraînement pour devenir une puissante huppermage vont finalement pouvoir lui servir à faire payer celle qui l’a privée de son frère Jahash qu’elle chérissait.

Une vérité inacceptable

Bakara va finalement découvrir que Julith n’a jamais cherché à détruire Bonta, au contraire, elle tentait de sauver la ville en contenant le pouvoir du Dofus Ebène qui était devenu instable. A aucun moment, elle n’a trahi Jahash et c’est justement parce qu’elle en est toujours amoureuse qu’elle a échafaudé un plan pour le ressusciter. En effet, durant les 10 ans de sa convalescence, elle a mis au point une machine capable de le faire revivre.

Pour Bakara, cette vérité est impossible à accepter, elle a toujours vu en Julith, un monstre, celle qui lui a d’abord volé l’affection de son frère avant de le trahir et le tuer. Découvrir que Julith n’est en rien responsable de cette tragédie lui est intolérable, elle ne sait plus comment rediriger sa haine. Dominée par ses émotions négatives, elle se laisse submerger par le pouvoir du Dofus Ivoire qui amplifie ses plus bas instincts. Peu importe la vérité, elle est bien décidée à ne pas croire cette histoire, même si ça implique de renoncer à la seule chance qu’elle a de revoir Jahash grâce à la machine de Julith.

Joris ne l’entend pas de cette oreille, il ne compte pas laisser Bakara tuer sa mère sans réagir, mais il a sous estimé la dangerosité de Bakara. Un tir perdu aurait pu tuer Joris si Atcham n’avait pas fait bouclier de son propre corps. En voyant qu’elle a tué Atcham et qu’elle aurait pu aussi tuer Joris, Bakara se ressaisis et abandonne le combat.

Apparences trompeuses

Dans la première partie du film Dofus Livre 1 – Julith, Bakara donne l’impression d’être une personne sûr d’elle, réfléchie inébranlable. La réalité est toute autre, en sondant son esprit, le dragon Dardondakal va découvrir les blessures de son âme et sa grande fragilité. Elle a grandi dans l’ombre de son frère décédé, il est difficile de s’épanouir harmonieusement quand on est toujours comparé « au plus puissant huppermage que Bonta ait jamais connu », au « héro qui s’est sacrifié pour sauver la ville ». Quelques soient ses efforts, elle sera toujours moins bien que son frère, condamnée à être estampillé « second choix » à vie.

Elle est prise entre de nombreux sentiments contradictoires. Elle a de admiration pour Jahash et en même temps de la jalousie envers sa réputation. Elle aime son frère et paradoxalement elle nourrit à son égard une profonde rancœur pour l’avoir abandonnée pour une femme indigne qui provoquera sa perte. Bakara ne peut être heureuse parce que sa vie ne se définie que par comparaison avec son frère, par le besoin de reconnaissance et la quête de vengeance. Ces frustrations profondes font d’elle une personne fragile et instable, ce qui explique pourquoi le dragon Dardondakal n’a pas voulu qu’elle récupère le Dofus Ivoire de Jahash (Roman Dofus Livre 1 – Julith).


Le moins qu’on puisse dire c’est que Dadondakal avait vu juste. Quand Bakara a été mis face à sa propre faiblesses et qu’elle a perdu toute envie de se venger de Julith, elle est devenu en l’espace d’une soirée, une véritable épave humaine. Noyant son chagrin dans l’alcool, elle en a perdu toute dignité.

Cet électrochoc fut salutaire car il lui a permit de mieux s’accepter en cessant de vivre par comparaison ou de chercher à être « la digne sœur de son frère ». C’est peut-être aussi parce qu’elle a cessé de s’inquiéter du regard que les autres portent sur elle, qu’elle sera plus réceptive aux avances de Khan Karkass, ne craignant plus d’être vue et jugée lorsqu’elle est aux côtés de cet écervelé attachant.

Amour

Khan Karkass a tout de suite manifesté son intérêt pour la beauté froide et distante de Bakara. Ce qui lui a plu c’est qu’elle fait partie des rares filles qui se refusent à lui. Sa célébrité n’a nullement impressionné Bakara, Khan Karkass va donc devoir développer des trésors d’attentions et de courage pour que Bakara commence à réviser le jugement qu’elle porte sur ce narcissique égocentrique. Progressivement, elle va voir la sincérité de ses sentiments et va s’attacher à lui bien qu’elle ne veuille pas l’admettre. Ce n’est que lorsqu’il sera mourant, qu’elle prendra réellement conscience de la force des sentiments qu’elle a envers lui. La ténacité de Khan Karkass aura finalement porté ses fruits puisqu’il finit par obtenir un rendez-vous.

La satisfaction de Khan sera de courte durée, Bakara lui posera un lapin annulant leur rendez-vous (après le générique de fin du film). Peut-être que malgré tout ce qu’ils ont vécu ensemble, Bakara a quand même su se rappeler que Khan reste un être assez superficiel et égocentrique.

Bakara, un clone d’Evangelyne ?

Il y a clairement de grandes similitudes entre Bakara et Evangelyne. Toutes les deux sont des femmes fortes et sûr d’elles, avec un caractère assez froid de prime abord. Toutes deux vont tomber amoureux d’un iop décérébré pour qui elles n’avaient au départ que mépris devant leur vantardise et leur manque de finesse. Et toutes les deux ne prendront vraiment conscience de l’intensité de leur sentiment amoureux que lorsqu’elles verront l’homme de leur vie en train d’agoniser.
Comme si le duplicata n’était pas assez évident, ces deux femmes partagent aussi des cheveux blonds.

 

Pourtant, malgré cette description, il y a une profonde différence entre elles : l’assurance de Bakara est apparente, au fond, elle est rongée par la pression qui pèse sur elle, par ses doutes et ses frustrations. Tout cela fait qu’elle est psychologiquement bien plus fragile qu’elle en a l’air. Evangelyne est bien plus solide. Pourtant c’est aussi quelqu’un qui a beaucoup de blessures, mais elle a su les dépasser, et c’est justement pour cela que l’Arbre de Vie Sadida n’a pas réussi à la maintenir dans une illusion où elle avait tout ce qu’elle désirait. Evangelyne est donc une femme bien plus mûre que Bakara alors qu’elles ont pourtant le même âge.

L'Arbre de Vie desSadidas (Wakfu) Pour finir Tristepin redonne a Evangelyne son arc que le Roi aurait soit disant réparé alors que c'est impossible

La seule fois à Evangelyne se laissera aller à un élan de faiblesse c’est à la mort de Tristepin lorsqu’il a été tué par le robot Razortemps. Sur le coup, elle se serait laissée tuer si Ruel n’était pas intervenu. La façon dont elle surmonte ce décès montre aussi une forme de maturité puisqu’elle va réaliser le dernier vœux de Tristepin en écrivant leurs aventures pour qu’il « entre dans la Légende ».

 Tristepin sait qu'il n'en a plus pour longtemps Evangelyne commence à comprendre que Tristepin va mourir

Fondamentalement, on peut donc en conclure qu’Evangelyne diffère de Bakara car elle se préoccupe peu du regard des autres, elle bâtit sa vie en fonction de ses convictions et non de ce qu’on attend d’elle (bien que son rôle de garde du corps lui ait laissé peu de marge de manœuvre), il y a fort à parier que si le dragon Dardondakal avait sondé l’esprit d’Evangelyne au lieu de Bakara, il lui aurait probablement remis le Dofus Ivoire.

 

Origine du nom

Bakara tire son nom du célèbre cristal de baccarat.

 

L’univers de Dofus >>

L’univers de Wakfu >>

 

Galerie

5 réponses à Bakara (Dofus)

  1. Tompa dit :

     » La ténacité de Khan Karkass aura finalement porté ses fruits »

    Ou pas.

    A la fin du générique du film, Bakara envoit un tofu volant à khan(qui prenait sa douche), (tu as ratés 3 scènes épiques d’ailleurs xD) pour lui dire qu’elle ne vient pas au rendez-vous qu’il lui a proposé dans tout le film.

    Ironie pour Khan, qui avait sorti un truc méchant à marline, comme quoi il ne le gardait pas en passeur dans son équipe x).

    • Charles-Edouard MANDEFIELD dit :

      Merci Tompa pour la précision, c’est pas super facile de faire des fiches uniquement en ce basant sur le roman, le film a l’air d’avoir bien plus d’informations T_T
      En tout cas c’est corrigé.

  2. Gabrel dit :

    elle a le même nom que l’une des jumelles marakas garde du corps de kasino ( les légendaires )

  3. Gabrel dit :

    eu 10 ans plus tard ses en 399 pas en390

    • Charles-Edouard MANDEFIELD dit :

      effectivement, 10 ans après la naissance de Joris, c’est en l’an 400 (l’an 389 correspond à la conception de Joris et non l’année de sa naissance)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>