Albator 78 – Episode 13 : Une micro poussière de temps – Résumé

Le Yamato, un cuirassé de la Seconde Guerre Mondiale, sort de l'eau

Nausica découvre dans la fosse marine de la Romanche une troisième distorsion magnétique similaire à celle de la pyramide engloutie (épisode 7) et de la sphère noire (épisode 4). Alfred prétend que cet emplacement était autrefois appelé le Cimetière Marin car les navires qui s’aventuraient dans ces eaux disparaissaient inexplicablement et réapparaissaient parfois sous forme de vaisseau fantôme.

Nausica  découvre dans la fosse marine de la Romanche une troisième distorsion magnétique similaire à celle de la pyramide engloutieAlfred prétend que cet emplacement était autrefois appelé le  Cimetière Marin

Résumé

Albator suppose que cette légende provient du fait que ces eaux contiennent un dispositif identique à celui de la pyramide sous marine du Triangle des Bermudes qui coulait les navires grâce à un puissant champ magnétique. Pour en avoir le cœur net, il se dirige vers cette mystérieuse zone à la recherche de la source de distorsion magnétique.

L'Atlantis arrive dans une zone touristiqueLe responsable de l'aéroport accueil Albator avec les honneurs

L’arrivée de l’Atlantis sur Terre ne passe pas inaperçu car le vaisseau survole une zone touristique. Vilak est prévenu et ce dernier part immédiatement avec une escadrille de chasseurs pour intercepter Albator. De son côté le responsable de l’aéroport est apeuré et préfère éviter l’affrontement en accueillant respectueusement Albator. Le capitaine profite de sa halte pour utiliser le téléphone de la tour de contrôle afin d’appeler Stellie (visiblement l’Atlantis n’a même pas un téléphone à bord… c’est génial la science fiction des années 80 ^_^ ;)

Le sous-marin du passé

Après ça, l’Atlantis repart et se pose sur la surface de la mer juste au-dessus de la Fosse de la Romanche. Alfred semble paniqué, il a visiblement peur des fantômes et refuse de plonger. Ses inquiétudes ne semblent pas totalement infondées car l’Atlantis ne tarde pas à être attaqué par une torpille datant de la Seconde Guerre Mondiale. Heureusement l’engin est tellement ancien que le dispositif explosif n’a pas fonctionné. Le sous-marin qui l’a tiré fonctionne au diesel, il s’agit du Igô 168 (ou i – 168 dans la VF), un sous-marin japonais conçu en 1942, c’est à dire il y a plus de 1000 ans.

Un torpille de la Seconde Guerre Mondial percute l'AtlantisL'ordinateur de l'Atlantis identifie l'assaillant comme étant le sous-marin japonais i-168 de la Seconde Guerre Mondial

Albator ne peut s’empêcher de penser que Toshirô, le concepteur de l’Atlantis, aurait été fou de joie d’assister à ça vu son intérêt pour les armes de cette époque. (NB : l’auteur Leiji Matsumoto est un grand fan des machines de la seconde guerre mondiale)
Le sous-marin tente de s’enfuir et l’Atlantis le prend en chasse pour savoir d’où il vient. Mais la traque est rapidement interrompue par l’arrivée de l’escadrille de chasseurs de Vilak.

Les chasseurs de Vilak attaquent l'AtlantisLes chasseurs de Vilak attaquent l'Atlantis

Le bateau fantôme

Leur puissance de feu est insuffisante pour percer le blindage de l’Atlantis et Albator se refuse à tirer sur ses « frères humains ». Mais Vilak n’est pas pour autant hors de danger car une épave de cuirassé de la Seconde Guerre Mondiale émerge de l’eau. Malgré son état de délabrement avancé, ses tourelles fonctionnent et il commence à tirer sur l’Atlantis et les chasseurs de Vilak.

Un cuirassé japonais (le Yamato) sort de l'eau pour affronter l'AtlantisLes armes du cuirassé sont parfaitement opérationnelles

Devant ce phénomène paranormal, Vilak et ses troupes préfèrent prendre la fuite. Le cuirassé fantôme se concentre alors sur l’Atlantis et contre toute attente commence à s’envoler pour se rapprocher de lui. Contrairement à la torpille du sous-marin, les armes de ce cuirassé fonctionnent très bien et représente une menace sérieuse pour l’Atlantis. Albator envoie les aviscoupes et fait feux avec les tourelles du vaisseau. Face à une telle puissance de feu, le cuirassé ne résiste pas longtemps et plonge dans la mer telle une torche embrasée.

L'Atlantis réplique avec toutes les batteriesLe Yamato s'embrasse et s'écrase dans les eaux de la mer

Le dôme hors du temps

L’Atlantis plonge à son tour à la recherche du cuirassé pour tenter de trouver l’origine de ce phénomène. Ils trouvent un dôme sous marin lumineux que l’Atlantis pénètre par la force en perforant le revêtement. Curieusement, tout de suite après leur passage, le trou se referme immédiatement évitant à l’eau d’envahir l’intérieur qui est pressurisé avec de l’air. Dedans se trouve de nombreuses machines de toutes les époques que ce soit des automobiles, des bateaux ou des dirigeables. Tel un immense musée sous marin, tous ces objets sont en parfait état comme si les années n’avaient pas eu de prise sur eux.

L'Atlantis perfore la membrane du dômeA l'intérieur du dôme sont accumulés des machines anciennes qui semblent comme neuves

L’Atlantis se pose au centre du dôme et Albator, Nausica, Ramis, Alfred, Clio et le Docteur Zéro partent à pied pour explorer les environs et trouver la machine qui commandait le cuirassé. Ils arrivent face à un étrange monument d’où sort la voix d’Obiope, la sylvidre responsable de ce lieu. Son apparence traduit le fait que sa nature semble différente de celle des autres sylvidres. Grâce à son pouvoir, elle parvient à endormir Albator et son équipage en les plongeant dans un sommeil éternel. Dans un immense coquillage se trouve les corps endormis (ou décédé) de toutes les personnes qu’il y avait sur les machines qu’ils ont vu précédemment.

Cette machine contrôle la distorsion temporelleVoici les corps endormis ou décés des victimes d'Obiope

Distorsion temporelle

Obiope explique qu’à cause de la distorsion temporelle de ce lieu, une seule journée passée ici équivaut à un siècle à l’extérieur du dôme. Si Albator s’endort ici pendant seulement 24 heures, les sylvidres auront tout le temps nécessaire pour envahir la terre. Heureusement l’ordinateur de l’Atlantis est insensible au pouvoir soporifique d’Obiope. Son intervention rompt le sortilège d’Obiope et Albator et son équipe parviennent à remonter à bord de l’Atlantis. Avant de sortir du dôme, les tourelles de l’Atlantis visent la tour où se situe Obiope et le tir anéanti la sylvidre et son étrange machine temporelle.

la Sylvidre Obiope est d'une nature différente de ses autres congénèresla Sylvidre Obiope est d'une nature différente de ses autres congénères

Anecdotes

Cette histoire de dôme où un jour passé là bas équivaut à 100 ans sur terre est inspirée d’un conte japonais populaire où l’on parle d’un monde sous marin appelé le Royaume de la Tortue. Une journée passée dans ce lieu équivaut là aussi à 100 ans sur la terre ferme. C’est cette histoire que raconte brièvement Stellie à la fin de l’épisode.

Un cuirassé japonais (le Yamato) sort de l'eau pour affronter l'AtlantisUn cuirassé japonais (le Yamato) sort de l'eau pour affronter l'Atlantis

Ce n’est pas dit dans l’épisode, mais ceux qui s’y connaissent auront reconnu le cuirassé qui attaque l’Atlantis. Il s’agit du Yamato, l’un des plus gros cuirassé japonais de la Seconde Guerre Mondiale. Le choix de ce bateau n’est pas un hasard, il s’agit d’un clin d’œil à un autre série de Leiji Matsumoto : Space Battleship Yamato. Dans cette série ce vieux navire de guerre est transformé en vaisseau spatial.

Le Yamato

Différence avec le manga

Cet épisode est inspiré du tome 2 du manga Capitaine Albator, mais c’est beaucoup moins complet. Seul le sous marin apparaît sans jamais être identifié. Le cuirassé Yamato n’apparaît pas, pas plus que Obiope et son dôme sous-marin. L’animé a donc su développer et tirer parti d’un élément qui apparaissait comme anecdotique dans le manga.

 

Galerie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*


Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>